TENDUA - Association pour la sauvegarde de la biodiversité

Newsletter N°12

PLANETE : pour remettre les pendules à l’heure

Avec toutes les informations qui circulent, qui s’affolent, aussi vite publiées qu’abandonnées pour passer aux suivantes, un peu d’humilité et de discernement ne nous feraient pas de mal...
La plupart d’entre nous reste persuadée que l’être humain (Homo sapiens) est au sommet de l’arbre de l’évolution...C’est une représentation classique, quoiqu’un peu obsolète. A nous placer si haut, plus dure sera la chute !
A l’origine, notre intelligence a été mise au service de l’amélioration de notre quotidien, en suivant un axe de développement orienté vers le progrès mécanique essentiellement. Aujourd’hui, les campagnes marketing nous vendent l’amélioration matérielle et physique de « notre » vie, avec pour objectif le profit financier. Ainsi, nous produisons, nous consommons, toujours plus et notre intelligence « progressiste » est maintenant au service de l’argent et du pouvoir : là encore, « pomper toujours plus les ressources naturelles » de la planète, sans tenir compte du danger que cela représente pour toute l’humanité (y compris ceux qui ne sont pas en mesure de consommer). Comment peut-on consommer toujours plus, à l’infini, sur une planète aux ressources par définition limitées ?

L
L’horloge de la Terre.
© Tendua

Homo sapiens, ainsi arrivé dans les 30 dernières secondes de l’âge de notre planète est parvenu à bouleverser l’équilibre de notre bonne vieille Terre, mettant sa propre espèce en péril.
Pourtant l’intelligence qui caractérise notre espèce connaît également les moyens pour arrêter les catastrophes écologiques en cours. Les conséquences de ces catastrophes - dont la plupart ont pour origine nos activités humaines, et reconnaissons-le l’appât du gain - sont prédites par la communauté scientifique internationale et de longue date.... Pourtant, rien n’y fait !
Nous jouons, passivement ou pas, aux apprentis sorciers, croyant maîtriser la nature, défiant ses règles qui, pour 99%, nous échappent encore...
Si la fin de notre espèce est écrite, pourquoi sommes-nous tellement pressés d’en finir ?? Dans la souffrance et en tuant tout ce que l’on peut avant, au nom de quoi au juste ??
Certains adoptent une posture philosophique en décrétant que de toute façon, la nature se meure, nous avec, mais elle saura se régénérer...et donc ??? Est-ce une raison pour laisser faire ??
Que les pôles s’inversent, que le climat change, que des espèces disparaissent, cela fait sans doute partie de l’évolution : la vie est mouvement, que cela nous plaise ou non.
Que NOUS, humains, soyons responsables de l’anéantissement à un rythme ultra-rapide d’espèces à peine découvertes, des trous dans la couche d’ozone pour permettre à nos usines de fonctionner au nom de notre confort matériel et d’un pseudo plein-emploi, NON...

Ne nous sommes nous pas trompés d’objectif ?

Ne pouvons-nous pas reconsidérer ce que nous faisons à l’échelle planétaire, reconnaître nos erreurs et ne pas persévérer sur ces voies dangereuses pour tous pour le profit de quelques uns ? Qui a donc ce pouvoir ? Ceux qui nous maintiennent dans l’illusion de la pleine consommation, du plein emploi et de l’enrichissement personnel ou bien nous, tous les autres ?
Et si c’était bien nous, chacun d’entre nous, tout simplement en souhaitant juste vivre et vivre juste, en respectant notre environnement qui depuis des milliers d’années s’évertue à nous donner tout ce dont nous avons réellement besoin : eau douce, air pur, nourriture... ?

   Écrivez-nous !

Vous êtes ici  >>   >   >  Newsletter N°12