TENDUA - Association pour la sauvegarde de la biodiversité

Newsletter n°2

Chers membres, Chers amis,

Dans ce deuxième numéro de la Newsletter de TENDUA, nous parlerons principalement de deux prédateurs mal-aimées mais en grand danger de disparition : le requin et le crocodile.

Nous commencerons par un court rappel sur la semaine européenne pour les requins qui s’est tenue du 10 au 18 octobre dernier. La pétition contre le shark finning est ouverte jusqu’à fin décembre, alors parlez-en autour de vous, les fêtes de fin d’année étant une belle occasion de retrouver – et sensibiliser – la famille et les amis. IL N’EST PAS TROP TARD !!! Nous évoquerons les autres menaces, telles que la surpêche, qui pèsent sur les requins qui pourtant ont survécu jusqu’à présent à 400 millions d’années d’évolution…

En Afrique du Sud, une épidémie s’est abattue sur les crocodiles du parc Kruger fin 2008. Leur empoisonnement serait dû à la pollution des eaux du parc. Impossible de trouver des nouvelles plus récentes sur le sujet...

Les photographes animaliers sont les premiers témoins de la disparition des espaces et des espèces, et le festival de la photo animalière et de nature de Montier-en-Der est leur rendez-vous incontournable.
Pour finir, l’Agenda de Janvier 2010, et en attendant cette nouvelle année, de belles fêtes de Noël et du Nouvel An à vous tous.

Bonne Lecture !

++++

NEWS

La Semaine Européenne pour les Requins - 10-18 0ctobre 2009

Lors de la semaine européenne 2009 pour les requins, plus de 300 activités ont été menées par les supporters de 15 pays européens : Allemagne, Belgique, Espagne, Finlande, France, Grèce, Irlande, Italie, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Royaume-Uni, Slovénie, Suède.

De nombreux Européens ont signé la pétition adressée au Premier-Ministre José Luis Rodriguez Zapatero. La pétition est toujours ouverte jusqu’à la fin de l’année. Vous la trouverez en ligne sur le site de TENDUA et de SharkAlliance. Pour celles et ceux qui ne l’ont pas encore signée, c‘est encore possible !

L’acteur et réalisateur français, moniteur de plongée, Luc Besson a été l’un des premiers à signer la pétition. Beaucoup de Français en ont fait autant grâce au fort relais de la FFESSM (Fédération française d’études et de sports sous-marins) et à de nombreux clubs de plongées qui ont pris part aux activités de la Semaine Européenne pour les requins et signé la pétition.


Qu’est-ce que le Shark Finning ou pêche aux ailerons ?

requin marteau mort
requin marteau mort
Shhyrna mokarran (grand requin marteau) dont les ailerons ont été coupés, retrouvé mort sur le platier à Rangiroa, Polynésie Française - © Tendua

Le shark finning consiste à pêcher des requins en leur coupant les ailerons, le reste du corps agonisant est rejeté à la mer. Faute de nageoire pour nager et donc s’alimenter en oxygène, et compte-tenu des hémorragies consécutives à cette pêche, le requin meurt immanquablement. Cette pratique engendre un gaspillage considérable vu que seul 3 à 5% de la masse du requin est exploitée. En effet, le corps du requin contenant un fort taux d’urée risque de contaminer les autres poissons ; un stockage séparé serait donc nécessaire et cela n’est pas rentable.

La pêche en elle-même n’est pas très coûteuse et 500g d’ailerons peuvent se vendre 200$. Seuls ceux-ci sont exploités, conduisant à de véritables massacres mettant en péril l’écosystème.

Le finning est probablement la cause la plus importante du déclin des populations mondiales de requins. Cela a poussé les Etats-Unis en 2000 à légiférer pour interdire cette pratique dans les eaux américaines. L’Europe a fait de même en 2003. Toutefois des dérogations sont accordées aux pêcheurs et si la France n’en a pas demandé, l’Espagne l’a fait pour près de 200 bateaux.
Dans le monde entier des braconniers pratiquent le finning et une mafia des ailerons s’est installée, brassant le plus d’argent au monde après le commerce de la drogue…


Quelles menaces pèsent sur les requins ?

Requin océanique ou Carcharhinus longimanus, accompagné de ses poissons-pilotes (Naucrates ductor) en Mer Rouge
Requin océanique ou Carcharhinus longimanus, accompagné de ses poissons-pilotes (Naucrates ductor) en Mer Rouge
© M. Dupuis

La pêche à la palangre - de gigantesques lignes de pêche de plusieurs centaines de km parfois, nanties d’hameçons auxquels sont fixés des appâts tous les 3 m environ, déroulées à la suite des bateaux qui les laissent traîner avant de les remonter -, aujourd’hui interdite dans de nombreux pays mais encore pratiquée par des braconniers, et les filets dérivants – de larges et longs filets droits en une seule nappe, laissés provisoirement dérivant au large par les pêcheurs – sont responsables de véritables massacres chez beaucoup d’espèces : 300 000 cétacés - dauphins, marsouins, … - sont tués chaque année dans le monde par les filets dérivants. Quant aux requins, ils sont systématiquement piégés car attirés par les proies prises dans les filets ou accrochées aux hameçons.

Les requins ne sont définitivement pas les super-prédateurs, avides de sang et de carnage, inscrits dans l’inconscient collectif : entre 1990 et 2005, 869 attaques de requins ont été dûment répertoriées dans le monde, dont 94 se sont révélées mortelles, soit une personne attaquée sur 10. Avec ces 15 ans de recul, on s’aperçoit que la moyenne d’attaques de requins dans le monde est de l’ordre de 35 par an dont moins de 4 sont mortelles.

Nous ne comparerons pas ces chiffres aux estimations de requins tués par l’homme chaque année…
En plus de la surpêche, une maturité sexuelle tardive et une durée de gestation longue, ainsi qu’un faible taux de reproduction rendent les requins particulièrement vulnérables.
Le seul super-prédateur – finalement le moins bien adapté à son environnement naturel et qui menace réellement la planète en voulant à l’inverse l’adapter à ses besoins - est l’Homme…

Vous trouverez bientôt en ligne un dossier « Requins » sur le site de TENDUA, expliquant leur évolution à travers une meilleure connaissance de leur anatomie et physiologie, les menaces qui pèsent sur eux ainsi que les objectifs de conservation et leur rôle indispensable dans la chaîne trophique.

++++

Les principales pêcheries de requins

La pêche côtière
La pêche côtière
DR

N’hésitez pas à demander comment ont été pêchés les poissons que vous consommez : cela permettra une prise de conscience également chez ceux qui les vendent ou les préparent…

La pêche côtière : les chaluts de fond et les filets maillants de fond prennent des raies et des petits squales côtiers comme la roussette (Scyliorhinus sp.), l’émissole (Mustelus mustelus), l’aiguillat (Squalus acanthias) et le requin-hâ (Galeorhinus galeus).


La pêche en haut profonde
La pêche en haut profonde
DR

La pêche en eau profonde capture des requins de grands fonds comme le squale-savate (Deania calcea), le squale-liche (Dalatias licha) ou le Paloma commun (Centroscymnus coelolepis) avec des palangres de fond, des chaluts démersaux et des filets maillants de fond.

Pêche hauturière
Pêche hauturière
DR

La pêche hauturière capture de grands requins pélagiques, principalement le requin bleu (Prionace glauca), le requin-taupe (Lamna nasus) et le requin-taupe bleu (Isurus oxyrinchus), surtout avec des palangres de surface.


Epidémie chez les crocodiles du Kruger en Afrique du Sud

Carcasse d
Carcasse d’un crocodile mort dans le parc du Kruger
DR

Quelques 170 crocodiles ont été retrouvés morts depuis mai 2008 dans le parc national du Krüger en Afrique du Sud, l’une des plus vastes réserves animalières d’Afrique.

Les scientifiques s’interrogent et travaillent à endiguer la maladie afin qu’elle ne se propage pas à d’autres espèces.

Les reptiles adultes dont la taille atteint plusieurs mètres (jusqu’à 9m mais on ne trouve plus guère de tels individus…) ne connaissent à priori pas de prédateur.


Caïman adulte en Colombie
Caïman adulte en Colombie
© M. Dupuis

Toutefois, les immenses reptiles ont été victimes d’une infection appelée Pansteatite qui a durci la graisse de leur corps comme du caoutchouc, les rendant incapables de se mouvoir et les laissant sans défense face aux éléments, la faim, la noyade ou l’attaque d’autres prédateurs.

Le bilan définitif pourrait être beaucoup plus lourd. Cette maladie est habituellement liée à la consommation de poissons rances ou avariés.


Caïman juvénile sur le Rio Bita en Colombie
Caïman juvénile sur le Rio Bita en Colombie
© M. Dupuis

Les animaux morts ont été découverts dans une gorge reculée, envahie par la vase provenant d’un barrage du Mozambique voisin et alimentée par l’un des fleuves les plus pollués en Afrique du Sud par diverses industries lourdes (extraction minières et pesticides des fermes).

Un programme de recherche a été lancé sur le fonctionnement du réseau fluvial pour tenter de comprendre la cause de l’épidémie et son fonctionnement.

Les scientifiques vont tenter de reproduire la maladie en laboratoire afin de comprendre comment elle se propage chez les crocodiles.
Impossible depuis de trouver des informations récentes sur le sujet…

Pour mémoire :


Gavial au zoo de New Delhi, Inde
Gavial au zoo de New Delhi, Inde
© M. Dupuis

  • Les crocodiles sont des reptiles aquatiques de l’ordre des crocodiliens, qui compte 3 familles, 8 genres et 23 espèces.
    • Les Crocodilidae : 3 genres, 14 espèces (crocodiles) Les crocodiles vivent dans une grande partie des tropiques en Afrique, en Asie, en Australie, dans les Amériques. Ils vivent le plus souvent dans des rivières lentes mais le crocodile marin d’Australie et des îles du Pacifique s’aventure parfois assez loin en mer. Leur tête est en forme de V.
    • Les Alligatoridae : 4 genres, 8 espèces (alligators et caïmans) Le genre Alligator comporte 2 espèces : l’alligator d’Amérique et l’alligator de Chine, proche de l’extinction. Ils diffèrent des crocodiles par une tête plus large, courte et pointue, en forme de U. Lorsqu’ils referment leur mâchoire, les quatrièmes dents du bas ne sont pas apparentes contrairement aux crocodiles, et seules celles du haut sont visibles.
    • Les caïmans (3 genres, 5 espèces), quant à eux, n’ont pas de septum osseux entre les narines et sont tous originaires d’Amérique Centrale et d’Amérique du Sud.
    • Les Gavialidae : 1 genre, 1 espèce : Le gavial du Gange (Gavialis gangeticus), l’une des espèces de crocodiles les plus rares que l’on trouve au Népal, Pakistan, Bangladesh et en Inde. L’espèce est considérée en danger d’extinction.

++++

Le festival de la photo animalière et de nature de Montier-en-Der (Champagne-Ardenne)

De droite à gauche : Jean-Philippe Anglade et Laurent Rebelle de l’agence Biosphoto, Frans Lanting, Myriam Dupuis, Alain Pons, Michel Denis-Huot, Françoise Ziegler, Yann Metrich de Biosphoto et Jean-Claude Ziegler. - DR

Le 13e festival de la photo animalière s’est déroulé, comme chaque année depuis 13 ans, le 3e week-end de novembre, soit du 19 au 22/11/09.

Le parrain de l’édition 2009 était Frans Lanting, figure mondiale de la photo animalière et de nature. TENDUA s’y est rendue et de nouveaux contacts ont été établis à cette occasion.

Les photographes animaliers sont les témoins de la disparition des espèces et de la dégradation de notre planète. Au-delà de la beauté des sujets qu’ils photographient avec talent et traitent avec un esthétisme propre à chacun, ils sont des « éclaireurs de conscience », prompts à convaincre qu’il est encore urgent d’agir.
Les thèmes choisis étaient ceux de l’hymne à la nature, à la beauté et à la fragilité des espaces et des espèces, en un mot la biodiversité, thème phare retenu par l’ONU pour l’année 2010.


AGENDA

Le salon de la plongée 2010

Le salon de la plongée se tiendra à la Porte de Versailles à Paris du 15 au 18 janvier 2010.

N’hésitez pas à passer sur le stand d’AquArev, notre sponsor, et à réserver une croisière-plongée ou une destination exotique : 1€ est reversé à TENDUA pour chaque voyage acheté !

Nous serons présents sur le stand d’Aquarev le samedi 16 janvier 2010. Venez nous voir !


La Première du film « OCEANS » en janvier 2010

Au bout de 2 ans de préparation, 4 de prises de vue, 75 expéditions autour du monde et par tous les temps, le pari de Jacques Perrin et de tous les professionnels qui ont participé à cette incroyable aventure devient réalité : explorer le plus grand territoire sauvage de la planète et filmer les 5 océans.

TENDUA a rencontré quelques uns des photographes et cameramen qui ont participé à cette épopée : réservez votre billet de cinéma, le spectacle devrait être époustouflant…


Fin janvier 2010

TENDUA invite à Paris le Docteur Naidenko, responsable du programme de recherche russe impliqué dans les projets de l’Académie des Sciences de Russie sur le tigre de Sibérie.
Les dernières informations disponibles sur le nombre de tigres de Sibérie vivant en liberté dans l’Extrême-Orient russe était d’environ 450, mais malheureusement il semblerait que la réalité ne les ait rattrapés et qu’ils ne soient plus qu’environ 250 … TENDUA compte organiser courant 2010 une conférence avec notre invité ; nous vous tiendrons au courant.

Et n’oubliez pas que 2010 est l’ année du Tigre dans le calendrier chinois. Le Tigre nous apporte la force, le courage et la détermination …


Création de Ocean Encounters

Vous avez peut-être vu l’émission de Thalassa le 9 octobre 2009 où Frédéric Buyle, champion du monde d’apnée, figurait l’homme-poisson, ou alors vous avez suivi le récent championnat du monde d’apnée aux Bahamas dont la finale se déroulait le 3 décembre dernier et durant lequel William Winram a remporté un nouveau record mondial et une médaille d’argent pour une plongée en apnée dynamique sans palmes en atteignant 86m ?

Photo MANQUANTE
Will prend une photo du Grand requin Blanc au Mexique

Fred et Will sont impliqués dans des programmes de conservation des requins et travaillent avec des scientifiques. Ils proposent désormais à partir d’avril 2010 des plongées sans bouteilles en Afrique du Sud avec le grand requin blanc ou le requin tigre.

Pour plus d’information, pour les merveilleuses photos, pour tenter une aventure extraordinaire, visitez le site : http://oceanencounters.net/journal/...


La taille adulte du tétrodon à points blancs est de 50 cm maximum. Merci à Maria pour cette photo !
La taille adulte du tétrodon à points blancs est de 50 cm maximum. Merci à Maria pour cette photo !
DR

CARNET ROSE

Pour notre plaisir, voici la photo d’un bébé tétrodon à points blancs (Arothron hispidus), poisson des eaux tropicales, appelé parfois poisson-ballon. Sa peau est dépourvue d’écailles mais recouvertes de spinules qui la rendent rugueuse et particulièrement extensible.

En situation de stress ou de défense, cette élasticité lui permet d’accroître rapidement son volume en absorbant de l’eau (ou de l’air s’il a été émergé comme sur cette photo).

Il a bien sûr été remis tout de suite à l’eau…
La taille adulte du tétrodon à points blancs est de 50 cm maximum. Merci à Maria pour cette photo.


Panthère de l
Panthère de l’Amour
© A. Pons

Et pour finir, une photo d’Alain Pons, juste pour le plaisir : une panthère de l’Amour que vous pouvez observer au Parc des Félins à Nesles (60km de Paris)...

Nous espérons que vous avez apprécié ce deuxième numéro de notre Newsletter.

Vous pouvez nous joindre aux adresses suivantes : myriamdfr yahoo.com et tendua tendua.org

Nous vous souhaitons de JOYEUSES FÊTES DE FIN ANNÉE !
A très bientôt en 2010, année de la biodiversité : une dernière chance pour un changement de conscience ?…

{#ENV{id_article}}

   Écrivez-nous !

Vous êtes ici  >>   >   >  Newsletter n°2